Balises météo

FB

Evènements

ffvl new

Sortie "Les Gets"

IMG 9851Comment dire ? Si la perfection a un goût, ça doit être celui-ci.

Départ de Treffort en bécane avec Jean-Marc (Ginel) et Philippe (Desmaris). Ludo qui avait rdv avec nous à 7h15 n'est pas là et on est très inquiets car ce n'est pas dans ses habitudes d'être à la bourre… Michelle passe le prendre à St Etienne pour rejoindre les autres à Tanvol.

L'article du Progrès ici

Avec mes deux alcooliques acolytes nous dévorons le bitume à une allure de dingue. Des pointes à Houllaaa… beaucoup trop… mais nous nous réjouissons à l'idée de la pâtée qu'on va mettre à ceux qui ont pris les voitures. Ah bin non, surprise. C'est eux qui nous attendent à l'entrée de Mieussy. Pourtant on a roulé comme des bombes (hem…).
Visite à l'atterro : faaacile. Puis montée au déco où on casse la graine. La famille Ginel nourrit même un mendiant imprévoyant. Tout le monde vole. Les maboules habituels partent en cross et font des bornes. On ne les reverra pas avant le soir au gîte. Les autres posent en bas. Une enclume fait les oreilles pour abréger son vol.

20160506 133122

Puis direction Samoëns. Le déco du Saix est couvert de neige et pas un pète d'air. Il faut courir comme un dératé pour décoller ce qui fait que tous ceux qui ont encore leur rate descendent les voitures. Tout à coup, un drame inouï se produit à l'atterro : la buvette ne vend pas de bière. Tonton envisage une plainte contre la municipalité, Ludo parle de boire du jus d'orange, il signor Brosolo BOIT du jus d'orange. Totalement dépité, Plonplon décide rentrer au mas Girard. Le moral est au plus bas.


On monte au Gets où nous attendent déjà les maboules susmentionnés qui sont allés se balader dieu sait où. Un pilote anonyme a même posé verticalement dans la cour d'une maison au centre de Morzine, entre un barbecue et une corde à linge et manquant de peu de tuer le chien. Rotule qu'il s'appelait le chien.
Dans le gîte (très très bien choisi le gîte) un grand type du genre chauve avec un gros nez mais malgré tout relativement sympathique prépare des verres avec des morceaux de citron vert et un truc non identifié autour. Il se fatigue vraiment pour rien car personne n'y touchera. En tous cas, je ne me souviens pas que quelqu'un y ait touché.

Dredi madin, tout va pien. Je sais bas ce qui s'est pazé mais tout le monde est flou. Tdout flou. Et gand ils causent za fait de l'écho… Et le sol bouge de droide et de gauge. Mais guelgu'un décide qu'on va voler gand même…
On monte à la Bourgeoise. Depuis le col, il y a au moins 2000 kilomètres à faire à pied jusqu'au déco. Et dans la neige en plus. Et là aussi le sol bouge de droide et de gauge. Le grand type du genre chauve avec un gros nez mais malgré tout sympathique décolle. Il n'est pas parti depuis 5 minutes qu'on le voit passer un col tout au fond de la vallée en direction de Morzine. Il appelle sa femme au téléphone pour lui dire qu'il a perdu sa radio en décollant. Nous comme des cons, on cherche la radio jusqu'à ce qu'on l'entende parler dans sa radio à un autre type du genre chauve et sympathique aussi (oui le club fait un élevage) qui le suit. Mais celui-ci ne parle pas dans sa radio. Y sont bizarres dans cette tribu. En tous cas, les deux chauves radio-équipés se barrent à lointain très lointain. On ne les reverra pas avant le soir au gîte (C'est bizarre j'ai l'impression de l'avoir déjà dit ?).
Tout le monde vole, et fait des plafs incroyables. Philippe passe les 3.000. Enfin tout le monde vole sauf une enclume qui se retape à pied les 2000 kilomètres dans la neige jusqu'au col mais qui constate ravi que le sol a enfin cessé de bouger.


20160505 164723Juste au-dessus de l'atterro de Samoëns, Pascal expérimente l'acrobatie sur une sortie de 360 engagés. Sa voile a décidé d'inverser les rôles Elle lui laisse la place du dessus et prend la sienne.
Waow ! Mais posé sans encombre.
Retour aux Gets, le premier chauve est assis dans l'herbe. Il a posé juste derrière le gîte sur un immense atterro où il serait possible de planter facile une cabane de jardin avec une chaise devant. Le second chauve arrive une heure plus tard. Il a dû s'arrêter refaire le plein dans la station-service du Criou. Il pose dans le même gigantesque terrain que le précédent. Les deux ont parcouru plus de 100 bornes en triangle comme on le découvrira lors de la projection de leur trace GPS sur grand écran. Champions les gars ! Vous allez le déclarer en CFD ? "Wrooaaa, la CFD c'est un truc de nase !" rigole the Boss.
La soirée se passe sans incident notoire avec ces petits bouts de citron dans les verres et un truc qui pique les yeux autour. Pendant le repas il y a eu la série de blagues. Lola s'est un peu embrouillée dans une histoire de bulles, de Champagne, de flûtes et de bouteille. Comme on n'est pas certains d'avoir compris, la prochaine fois elle nous jouera l'histoire au lieu de la raconter. On est au moins une quinzaine de candidats pour tenir le rôle de la bouteille.
De manière tout à fait exceptionnelle, Tonton, épuisé par le grand air, s'endort sur sa chaise.

 

Sadi matin : tout le monde à l'air en forme. The Boss consulte son smartphone et annonce qu'aujourd'hui on va voler à Thollon-les-Mémises. Personne ne connait mais tout le monde est enchanté. Vers midi, un troisième chauve qui a pu se libérer de son boulot de ouf nous rejoint dans le bled : Notre Président de notre Présipauté est accueilli comme il se doit.
On monte au déco, Une vue magnifique sur Lausanne et la quasi-totalité du Léman. On casse la croûte, les maboules décollent et disparaissent derrière une crête. On ne les reverra… oui je sais, c'est toujours pareil avec eux. Presque tout le monde vole et va poser quasi au bord du lac.


20160505 213527Certains, qui ont des contraintes le lendemain, prennent déjà le chemin du retour.
Retour aux Gets pour ceux qui restent, les maboules sont bien entendu déjà là. Despé, citron, truc qui pique les yeux, tartiflette, dodo.
Exceptionnellement, Tonton, lessivé par un vol magnifique a déjà pris un petit acompte sur sa chaise.

Gromanche matin, the Boss dit "Orcier". L'atterro est un rêve de parapentiste : plat, long, large, des manches à air de tous les côtés et surtout un chalet buvette où les autochtones font à l'occasion les grillades au barbecue. Pas de pétard, c'est ce qu'il nous faut au mont Myon. Personne ne connaît un riche paysan de Pressiat qui pourrait nous offrir le terrain et un hangar ?


Montée au déco, casse-croûte, décollage parfait pour tous (hem… oui sauf pour l'enclume qui devra poser sur un plateau intermédiaire)
Putain, c'est déjà fini ! Retour vers nos pénates avec des souvenirs plein la tête et des coups de soleil plein le museau.
Je me répète mais cette sortie a été parfaite en tous points. Ambiance géniale, temps estival, conditions top, vols magnifiques, gîte aux petits oignons, tenu par un gars Bernard qui nous faisait à manger royal et copieux. On l'a quasi intégré dans le club. Ah oui, il y avait aussi des Jurassics qui nous ont rejoints sur place. Je ne donne pas de nom comme ça personne ne saura que c'est Stéphane qui a fini les citrons.

 

Christian

La Galerie photo ici

Ain Puls'Chat


Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages, enregistrez-vous ou identifiez-vous.

Se connecter

Newsletter